Archives pour la catégorie On a testé..

Ne sortez JAMAIS avec une TRAILEUSE

NE SORTEZ JAMAIS AVEC UNE TRAILEUSE, elle des pieds qui ne ressemblent à rien. Des cicatrices d’ampoules, parfois un ou deux ongles qui manquent : attendez vous à une vision d’horreur ! Chaque blessure aura son histoire : ce trail à la Plagne où elle a parcouru plus de kilomètres que jamais, cette course au Maroc où elle a fini main dans la main avec une inconnue… Lire la suite

Debardeurs Motivation Trail, Dos Nageur 100% Coton Biologique

Débardeurs Motivation Trail, Dos Nageur 100% Coton Biologique

https://fr.ulule.com/debardeurs-motivation/

Ce projet, je l’ai en tête depuis des mois ! 😉😔
J’en ai beaucoup discuté avec des stylistes, j’ai proposé plein d’essais ratés, j’ai fais et recommencé encore et encore(merci Audrey Manzoni-Roux pour ta patience). 😲
Puis, j’ai mis un temps fou à trouver un débardeur de qualité, BIO de surcroit. Je voulais quelque chose de classe !
Ensuite, j’ai embêté ma soeur Marie pour qu’elle m’aide à faire les animaux les plus mignons au monde.. 🐹
Puis, j’ai fait des sondages sur le groupe et vous m’avez aidé à choisir ! 👍
Et puis jusqu’au bout, ça a été intense : j’ai eu des surprises de dernières minutes lors de la vectorialisation des fichiers et j’ai du tout refaire ces 2 derniers jours ! (merci Sharky Chatoune Mazz)😓.

Aujourd’hui, je tremble😰, car c’est VOUS qui allez décider si finalement ce projet verra le jour : je vous laisse découvrir le site de précommande.

Tout se passe ici : https://fr.ulule.com/debardeurs-motivation/
Le prix est tout doux : 20 euros, frais de port compris, pour un débardeur BIO sérigraphie👍

N’hésitez pas à en parler autour de vous. Un grand merci.

Isa

 

Le SAVOIR du COUREUR

Soirée du samedi 25 juin. Après une riche journée de Trail, les filles ont le choix entre aller se coucher, partir en boite de nuit, ou écouter une TEE parler de médical ! Cette TEE, c’est notre super Isabelle Paucot : allez vite lire son interview si ce n’est pas déjà fait. C’est vraiment une super nana et on est fière de la  compter parmi nous !
Bon, comme on n’a pas trouvé la boite de nuit de St Pierre de Chartreuse, et que les 4 beaux gosses d’entraineur sont dans la salle, on a choisi d’écouter son topo ! Benoit LAVAL nous offre pour démarrer, deux bouteilles de Chartreuse. Comment résister devant un tel médicament ? 🙂

Le SAVOIR du COUREUR

Quel numéro doit on faire pour prévenir les secours, devant :

  • un accident de vélo avec juste une petite plaie au genou ?
  • un malaise cardiaque à domicile ?
  • le feu à la maison ?
  • des voleurs de mobylette ?

(Les filles) : Le 15, non le 16, non le 18, le 112, qui dit mieux le 114, et aussi le 17?

  • Que cela soit grave, ou pas grave, si c’est MEDICAL, on appelle le 15
  • Si il y a le feu, on appelle le 18
    Il y a une interconnexion entre le SAMU (15), et les pompiers (18), et après une régulation  médicale,  il est envoyé en fonction de la gravité, soit, uniquement les pompiers, soit les pompiers et un véhicule du SAMU.
  • Si on veut la police, c’est le 17Isa15 (1)
  • Le 112, fait par un portable français, arrive chez les pompiers. Ce numéro est utile à communiquer à vos amis étrangers, afin qu’ils puissent appeler les secours en France, soit vous l’utilisez quand vous êtes à l’étranger, dans la communauté européenne.

Ces numéros sont gratuits,  avec un téléphone ayant une carte SIM et de la batterie. Accessibles 24 H / 24, 7 jours /7

Le 114, est réservé aux personnes sourdes et malentendantes., accessibles uniquement par SMS ou fax.

 

Que doit contenir une trousse de secours pour un traileur, partant pour du « long »

 (Les filles) : De l’aspirine, des bonbons, du dopage, de la bière, des pansements, de la Chartreuse !!!!!!!!

Les filles, calmez vous, on va reprendre les choses dans l’ordre :
Prendre des médicaments, pour enlever une douleur, peut contribuer à aggraver une pathologie ou des blessures déjà existantes, et sur le long terme retarder leur cicatrisation ou leur guérison, voir aggraver la situation.

Anti douleur : Doliprane,  Efferalgan,….    1 G

Anti spasmodique : Tiurfan, Immodium

Avec toujours l’aide de l’équipe médicale de la course, car le blocage du transit intestinal induit par ces médicaments peut entraîner dans certains cas un choc septique, c’est à dire une insuffisance circulatoire aigüe liée à une infection bactérienne.

– Une bande d’élastoplaste 1,5M sur 6 cm (Pansement compressif, bandage, strapp,…))

Une couverture de survie :     
Si il fait très chaud, et qu’il faut refroidir le coureur, il faut mettre le doré à l’intérieur.                 Si il fait froid et qu’il faut réchauffer le coureur, il faut mettre le doré à l’extérieur.
Cette couverture ne doit pas être utilisée pendant un orage.

– Crème solaire d’un bon indice

– Une fine aiguille

– Pansements

 (Les filles) :  Moi, j’ai souvent mes règles avant une course, et cela me fait mal au ventre. Que puis je faire ?

Tout d’abord, je vous conseille d’en parler avec votre gynécologue, ou médecin traitant. Vous devez absolument éviter le plus possible, l’automédication.
2 cps de SPASFON et 1 G de Doliprane, 20 mns avant le départ, sont tout à fait compatibles avec la course.

 

(les filles) : J’ai très souvent des irritations entre les cuisses, ou sous les bras ? Que puis je faire ??

Se protéger avec la même crème qui sert aux fesses de nos bébés. Le Bépanthène s’étale bien, sans avoir les inconvénients de la vaseline, et d’une meilleure odeur que le Mytosil qui sent le poisson. En étaler entre les cuisses, sous les bras, sur la foufounette.

(les filles) : Quand je cours, j’ai souvent le nez très sec. Que puis je faire ??

Se mettre de la vaseline, voir mieux de la Vitamine A dans les narines, et se moucher.

Quels sont les médicaments que vous n’avez absolument pas le droit d’utiliser en course.

(Les filles) : Du dopage, de l’ectasy, de la ventoline, de l’alcool, des anti inflammatoires.

Ah merci, vous l’avez dit !
BRAVO, effectivement, pas d’ANTI INFLAMMATOIRES.

La prise d’anti inflammatoire peut être excessivement toxique pour le rein. L’association de la déshydratation avec des apports hydriques insuffisants, l’hypoxémie, du à un apport insuffisant en oxygène liés à l’effort, et la prise d’AINS (Anti Inflammatoires Non Stéroidiens)  favorise la rhabdomyolyse qui est une destruction des cellules musculaires, associée à une libération de myoglobine qui passe dans les urines,  entrainant une insuffisance rénale sévère.  C’est une maladie extrêmement dangereuse, qui amène souvent à une dialyse. Si vous pissez rouge, ou prenez connaissance d’un coureur qui pisse rouge, c’est ARRET OBLIGATOIRE, et appel de l’assistance médicale.

Donc pas de VOLTARENE, Pas de PROFENID, Pas d’ASPEGIC, Pas de ……..

(Les filles) : Moi, ca va, car je prends de l’IBUPROFENE ou ADVIL

Non, pas d’ADVIL, ce sont aussi des Anti Inflammatoires.

 

Je vais vous  donner des petits conseils qui peuvent vous aider en course

  • Protégez vos épaules, et votre bas du dos, avec soit de l’élastoplaste, soit du Méfix. Pensez à bien arrondir les angles, pour ne pas que cela roule. Pour les garçons, pensez aussi à protéger les mamelons. Les filles n’ont pas ce souci, grâce à la brassière.
  • Il faut éviter la déshydratation. Il y a plusieurs écoles. (Boire à sa soif, ou boire souvent des petites gorgées, ou boire toutes les heures, une grande quantité). Chacun doit faire selon ses ressentis, mais l’important, c’est que le système gastrique suive. Pareil pour la nourriture, ou les gels, c’est à chacun d’essayer ce qui lui va le mieux.
  • Les pieds, vos pieds., la base de votre sport. Prenez en soin, coucounez les. Pensez à les crémer afin qu’il n’y ait pas de crevasses. Ne mettez pas de vernis sur les ongles, car si il y a un hématome, on ne peut pas surveiller l’évolution.
  • Une ampoule se soigne dès l’apparition :
    Si vous n’êtes pas très à l’aise, vous piquez l’ampoule avec une aiguille, ce qui vide la sérosité, et vous mettez un pansement..
    Si vous avez déjà appris, vous pratiquez la bonne méthode : Prendre une petite seringue de 1 ou 2 ml., montée avec une aiguille fine. Mettre un peu d’éosine dans la seringue. Piquez l’ampoule en mettant le biseau en haut, et en soulevant bien son aiguille pour  que celle ci ne touche pas la peau. Aspirez la sérosité dans la seringue, qui se mélange avec l’éosine. Puis réinjecter le tout. Ce mélange va se diffuser dans la phlyctène, et se fixer sur le derme abimé, et va le désinfecter et l’assécher. Puis réaspirer le tout. Faire des petits trous dans la peau, pour ne pas que l’ampoule se reforme. Mettre un pansement avec une compresse non tissée, ou un pansement complet.

 

Vous courrez, et vous rencontrez un coureur qui est arrêté, qui est conscient, mais qui ne se sent pas bien. Que faites vous ?

(Les filles) : Je le double, cela me fait gagner une place !!

(Les filles) : Je le regarde.

(Les filles) : Je lui donne un peu de la Chartreuse de Benoit !!!!!

(Les filles) : Je lui lève les jambes.  Oui !

Je fais une évaluation du coureur. Il est conscient, donc respire, mais est tout blanc, et ne se sent pas bien.  Je l’allonge sur le dos, et lui lève les jambes pour favoriser l’oxygénation du cerveau. Quand le coureur va mieux, lui redescendre les jambes TRES TRES PROGRESSIVEMENT, ET DOUCEMENT.

 

Vous courrez, et vous rencontrez un coureur qui est allongé par terre ; Il est inconscient.. Que faites vous ?

(Les filles) : Je lui lève les jambes, je le secoue, je ….

Je fais une évaluation du coureur. Il est inconscient.
J’apprécie la respiration sur 10 à 15 secondes.. Il faut conserver l’élévation du menton de la victime. Se pencher sur la victime, oreille et joue du sauveteur au-dessus de la bouche et du nez de la victime puis regarder si le ventre et la poitrine se soulèvent .

Ecouter d’éventuels sons provoqués par la respiration ;

Sentir un éventuel flux d’air à l’expiration.

Le coureur respire.

Laissé sur le dos, l’état de cette victime risque d’évoluer vers l’arrêt respiratoire et l’arrêt cardiaque. En effet, la respiration n’est possible que si les voies aériennes permettent le passage de l’air sans encombre. Or, une inconscience peut entrainer :
–  l’obstruction des voies aériennes par la chute de la langue en arrière ;
–  l’écoulement dans les voies respiratoires et les poumons de liquides présents dans la gorge (salive, sang, liquide gastrique) entraînant de graves dommages aux poumons.

 Il faut assurer la liberté des voies aériennes de la victime et l’écoulement des liquides vers l’extérieur en attendant l’arrivée des secours. Pour cela il doit libérer les voies aériennes ;

  • la placer en position stable sur le côté : position latérale de sécurité  (PLS) ;
  • protéger la victime contre la chaleur, le froid ou les intempéries ;
  • surveiller sa respiration, jusqu’à l’arrivée des secours.

 Pour cela:

  • regarder si le ventre et la poitrine se soulèvent ;
  • écouter d’éventuels sons provoqués par la respiration ;
  • sentir, avec le plat de la main, le soulèvement du thorax.

La position latérale de sécurité permet de maintenir libre les voies aériennes supérieures de la victime en permettant lécoulement des liquides vers lextérieur et en évitant que la langue ne chute dans le fond de la gorge. La PLS se fait indifféremment vers la droite ou vers la gauche, en fonction du plus simple possible, ou d’un traumatisme. Sauf pour une femme enceinte, avec un très gros ventre, qui doit toujours être allongée sur le côté gauche, de façon à éviter le risque d’un écrasement de la veine cave inférieure par le fœtus. (Mais en général, on n’en trouve pas sur les trails !!!!)   Egalement, la victime obèse doit être allongée sur le côté gauche pour éviter une compression de la veine cave inférieure.

 

Vous courrez, et vous rencontrez un coureur qui est allongé par terre ; Il est inconscient, et ne respire pas. Que faites vous ?

Le coureur ne respire pas.

Je regarde l’heure, et démarre IMMEDIATEMENT un massage cardiaque.
Patient en décubitus dorsal, torse nu.

Massage cardiaque externe : Le cœur est une pompe qui permet de faire circuler le sang dans l’organisme. Le sang est oxygéné au niveau des poumons, et l’oxygène est ensuite distribué aux différents organes, dont le cerveau.
Réaliser des compressions au niveau de la région thoracique afin de stimuler l’activité cardiaque :
– Mettez-vous à genoux à côté de la victime ;
– Posez le talon de votre main dans le creux du sternum, au milieu de la poitrine (entre les deux seins) ;
– Appuyez avec l’autre main et exercez, les bras tendus, une pression au niveau de la poitrine ; le thorax doit être comprimée sur 3 à 4 cm de profondeur ;
– Les bras doivent rester tendus et verticaux.
– Le temps de la compression doit être égal au temps du relâchement. (fréquence :100 compression/min).

Assurer la bonne libération des voies aériennes,

Bien sur, sur les trois cas, en course, vous prévenez l’organisation médicale de la course (numéro souvent noté sur le dossard)

 

(Les filles) : un GRAND merci ISA !

Isa6

La Sahraouiya, un raid solidaire féminin incroyable !

Salut les TEE ! Je voulais revenir sur mon expérience vécue à la Sahraouiya : cette épreuve a été tellement riche en émotions et restera à toujours gravé dans mon coeur. Ca a été pour moi, une très belle aventure humaine, des rencontres fantastiques, quelque chose de très fort.. je voulais absolument écrire tout cela, en garder une trace..

22 vendredi 12h51m50s_CBU3860

La plus belle des motivations

J’ai connu la Sahraouiya que très tardivement, par un ami. Je suis venue seule sur l’événement et du coup j’ai découvert ma coéquipière là-bas, El Batoul Arjdal. Batoul est une jeune marocaine incroyable : elle a des performances physiques impressionnante, semi en 1h17, 10km en 34min.. Elle rêve de devenir athlète professionnelle mais a beaucoup de mal à se faire 22 vendredi 12h44m05s_CBU3819sponsoriser. Elle emprunte l’argent de ses amis pour pouvoir s’inscrire sur des courses, n’a aucun matériel digne de ce nom, des baskets dans un état pitoyable, des cicatrices sur son dos car elle n’a pas de crème anti frottement. Son histoire m’a vraiment émue et dès notre rencontre je me suis dis que je me donnerai tous les moyens possibles pour l’aider à gagner ce raid, et ainsi à se faire connaître.  Je n’ai jamais eu plus bel objectif de course !

17 dimanche11h03m42s_CBU9920Batoul venait d’un milieu très défavorisé : elle n’a jamais été à l’école et ainsi n’a pas appris à parler le Français. Elle parle seulement Arabe. Me voilà donc en équipe sur une compétition assez stratégique, avec une personne avec qui je ne peux pas communiquer. Quel challenge ! En plus, elle est assez nerveuse : elle veut gagner, coute que coute !

 

 

La course !

IMG_8034

Jour 1

La course a démarré sur le cha17 dimanche17h15m40s_CBU6573peau des routes ! La première étape était un cross de 4km dans la ville, suivi d’une course d’orientation ! Ma coéquipière Batoul part pleine balle avec le groupe d’athlètes professionnelles marocaines. J’arrive en retard sur le premier point de contrôle où on nous remet les cartes, et je la vois déjà assez énervée ! Elle veut rattraper les autres et nous repartons sans qu’elle me laisse le temps de me poser et réfléchir à la course d’orientation. Je suis en survitesse et peu lucide, mais je vois quand même que nous partons hors carte. Je lui dis qu’il faut faire demi tour, qu’elle se trompe. C’est à ce moment la que je découvre ce que j’appellerai plus tard le « GPS marocain » : quand un marocain ne connaît pas le chemin, il demande aux passants par où il faut aller, plutôt que de réfléchir à la carte.
Ainsi, Batoul demande en arabe le chemin à un homme, et celui-ci lui indique évidemment la mauvaise direction empruntée par le groupe de tête. Et elle repart de plus belle très énervée ! J’essaye de lui expliquer, de lui mimer, mais rien à faire, elle est dans sa bulle…

Finalement, je commence à en avoir assez de courir trop vite pour moi, et par dessus tout dans la mauvaise direction. Je décide de faire demi tour : tant pis pour elle, elle sera bien obligée de me suivre… Et la, c’est l’explosion ! Elle s’énerve de plus en plus, ne comprend pas ce que je fais, me suis en me traitant de tous les noms ! Je reste concentrée et j’enchaine les balises.. une.. deux.. trois !

17 dimanche17h03m44s_CBU0162La course est très ludique : il faut trouver différents objets un peu partout dans la ville. Batoul commence à comprendre que je maitrise la situation, elle se calme et nous avançons bien ! Finalement, nous passons la ligne d’arrivée en première position. Je la vois avec son grand sourire, beaucoup d’émotions…

 

 

Jour 2

Suite à cette première étape un peu tendue, Batoul a compris que j’avais l’expérience, et elle, les jambes ! Après une nuit en bivouac sous un ciel étoilé incroyable, la 2ème journée commence par un « boot  camp », une sorte de parcours du combattant ! La clairement, je suis dans mon élément ! Nous enchainons les ateliers et nous plaçons en 3ème position, juste derrière les deux équipes d’athlètes professionnelles marocaines !

18 lundi 13h57m53s_CBU7930 18 lundi 11h27m56s_CBU0558

La journée n’est pas finie pour autant, nous avons encore une épreuve nocturne qui nous attend le soir : Run and Bike et Trail, pour un total de 19km. J’appréhende beaucoup cette étape qui est purement physique : difficile pour moi de rivaliser avec les équipes d’athlètes pro !

Je pars naturellement avec le vélo. Batoul n’en veux pas, elle n’en a jamais fait. Je roule sur la piste et je la vois courir à bon rythme à coté de moi. Un petit coup d’œil à mon gps : 13,5km/h. Ok, elle est vraiment en forme cette petite ! Elle tiendra ce rythme sur les 19km ! Incroyable ! Finalement, nous minimisons la casse sur cette étape purement physique, et nous gardons notre première place au classement général.

18 lundi 21h26m51s_CBU1184 18 lundi 21h27m15s_CBU1189

Jour 3

Le 3ème jour est un peu plus à mon avantage : il y a de nouveau une course d’orientation, c’est le moment de creuser un écart confortable ! La journée commence par 9km de run and bike. 19 mardi 10h33m57s_CBU1459 20 mercredi 15h47m43s_CBU8827

Et la, surprise, les 2 équipes d’athlètes marocaines restent avec nous. Nous évoluons ensemble, à un rythme tranquille, l’ambiance est décontractée… elles ont bien décidé d’arriver en même temps que nous sur le départ de la CO pour nous suivre ! Elles ont bien compris que c’était mon élément.

Il faut la jouer stratégique, pas le choix. Nous arrivons sur le départ de la CO : chaque équipe a 1h30 pour trouver les balises en ordre libre à partir du moment où on leur remet la carte. Je choisis de refuser la carte : je m’assois et je laisse partir les autres équipes. Je vois les filles qui m’attendent et qui guettent le moindre de mes mouvements : je meurs d’envie de partir, mais je résiste et j’attend qu’elles se dispersent. 30min plus tard, je ne les aperçois plus. C’est le moment d’être rapide et efficace : nous prenons la carte et nous commençons par la balise la plus éloignée des autres équipes ! Nous enchainons rapidement les balises et arrivons au point de contrôle en première position.

19 mardi 11h36m10s_CBU8196

Une portion de run and bike plus tard, nous passons la lignée d’arrivée en première position, avec une avance confortable ! Ouf, objectif atteint !

20 mercredi 15h47m38s_CBU8825 19 mardi 10h28m54s_CBU1426

Jour 4

20 mercredi 15h51m27s_CBU2263Le 4ème jour est de nouveau une journée physique : 7km de run and bike et 9km de trail en orientation (azimut). Nous arrivons de nouveau 3ème, loin derrière les premières tout de même. Nous voilà toujours première au classement général mais la course est serrée. En plus l’étape du lendemain est très incertaine : il y a une épreuve de 5km de Kayak et Batoul n’a jamais fait de kayak ! Pire, elle ne sait même pas nager ! Je ne sais pas du tout comment elle va réagir en pleine mer, et ca va être difficile pour moi de lui donner des instructions. En plus, le vent omniprésent à dakhla complique vraiment l’épreuve de kayak.

20 mercredi 15h49m13s_CBU2258

 

Jour 5

Le 5ème jour, au petit déjeuner22 vendredi 10h53m45s_CBU3378, je trouve un manche à balai sur le camp et je m’en sers de simulateur à kayak. Je retrouve Batoul et je lui apprends les mouvements de pagaye : chercher loin devant, bras tendu, être régulière, tourner les poignets…ok, ca peut le faire !

Le départ est donné, nous courrons à nos kayaks. Batoul galère à monter dedans. Elle qui est si à l’aise sur le sol met 3h pour monter dans un kayak, incroyable ! Finalement nous partons enfin. Batoul se révèle assez efficace à l’avant, même si elle donne pas mal de coups de pagayes parasites. Je compense comme une malade à l’arrière pour que le kayak file droit.

21 jeudi 10h50m08s_CBU9221

Finalement, nous atteignons l’objectif, « l’ile du dragon », en première position ! Mais je suis épuisée, peu lucide, et pourtant une nouvelle course d’orientation m’attend ! On me donne une photo aérienne de l’ile, mais je n’arrive à rien. Je nous fais tourner en rond, je suis trop fatiguée, je n’arrive pas à compter les rentrants, je me perds… Les autres équipes nous rattrapent, l’angoisse !

21 jeudi 11h10m29s_CBU2911

Finalement, nous retournons au départ pour se recaler sur la carte : 20min de perdues. Isa, il faut que tu te bouges maintenant ! Mon cerveau se réveille enfin et nous enchainons les balises.

21 jeudi 11h35m24s_CBU9275

Retour en kayak. Le vent s’est levé et ca devient compliqué : je demande à Batoul si elle veut marcher ou pagayer.. Pas étonnant, elle préfère marcher :p
Je rejoins la plage la plus proche et nous tirons le kayak ! Nous arrivons premières, ouf, soulagement !

21 jeudi 10h53m56s_CBU9226

Jour 6

Le 6ème jour nous avons le droit à une épreuve originale : un trail de 4km jusqu’à une énorme dune, puis un retour dans la mer, avec de l’eau jusqu’à la taille.

18 lundi 11h33m25s_CBU7140

Nous avons une avance confortable mais Batoul a décidé de me faire souffrir 🙂 Elle impose un rythme soutenu, et sans surprise nous nous plaçons 3ème de l’étape.22 vendredi 12h43m09s_CBU3812

Mon bilan, et quel bilan !

22 vendredi 19h56m29s_CBU4352

 

Je n’aurai jamais cru pouvoir gagner ce raid. Le niveau physique des équipes de tête était élevé. Finalement, c’est notre bonne communication dans l’équipe qui nous a sauvé. Etonnant finalement de la part de 2 personnes qui ne peuvent pas parler entre elles !

 

20 mercredi 20h44m14s_CBU1905J’ai vécu une histoire incroyable avec Batoul. Une véritable amitié s’est crée entre nous. Des rires, beaucoup de joie, et des larmes le jour du départ.

 

Je conseil vivement la Sahraouiya : j’y ai rencontré des tas de femmes incroyables, qui prennent leur destin en main et font bouger le monde ! La Sahraouiya est un raid solidaire : chaque équipe représente une association. Moi même je représentai l’association l’Enfance Pétillante, une association qui aide les gens malades ou handicapés à réaliser des exploits sportifs. Cette épreuve m’a mis en relation avec des femmes engagées, solides, incroyables, passionnantes. Des femmes qui sont maintenant devenues mes amies.

Cet événement a aussi été largement médiatisé, ce qui a apporté beaucoup à mon association!17 dimanche10h43m24s_CBU9854

N’attendez plus, foncez !
Qui y retourne avec moi l’an prochain?

https://www.facebook.com/SahraouiyaMaroc

 

Préparation BIO l’éveil du Bouddha

Avec Estelle, on a testé pour vous 2 prépIMG_7530arations instantanées BIOS pour le petit déjeuner.


Moi, en grande adoratrice de chocolat que je suis, je me suis directement jetée sur la version au cacao :

L’éveil du Bouddha Cacao d’Iswari

Un petit coup d’oeil aux ingrédients : Graines de chia et de lin broyées, sarrasin, farine d’amande, sucre de coco (à faible indice glycémique et très natritif), lucuma, cacao cru en poudre, éclats de fêves de cacao cru.
Bon déjà, c’est bio, sans gluten, et à faible indice glycémique : le genre de préparation qui convient vraiment bien à mon alimentation de sportive !

Pour ma part, je le mélange au lait de riz. Il faut quand même attendre quelques minutes le temps que le grumeaux se dispersent. Le gout est vraiment sympa : pas trop sucré (je déteste les aliments trop sucré), des fèves de cacaFullSizeRender (11)o qui croustillent sous la dent… Après je ne suis pas trop une difficile !

J’adore aussi l’utiliser mélangé avec de l’avoine et du lait de riz. Ca égaye un peu le truc, car il y a des jours où je suis lassé de l’avoine seule.

Estelle qui est plus gourmande et qui aime les choses crémeuses, utilise du lait.

Comme j’aime bien tester les choses jusqu’au bout, je suis partie faire du sport juste derrière : au programme, une séance de crossfit (cardiotraining et musculation). J’ai pu constater que la poudre est très digeste ! Et pourtant, de ce coté la, je suis vraiment une difficile. Je dois toujours faire très attention à mon alimentation avant une séance de sport !

Bref, en conclusion, je dirai que cette préparation me convient parfaitement. Je la trouve bonne, je ne la prendrais pas tous les jours mais elle me permet de varier mes petits déjeuners sportifs !

 

L’éveil du Bouddha Mangue & Baobab d’Iswari est 100% biologique et sans gluten.

Ingredients : Sarrasin moulu, Lucuma, Chia moulue (10%); Lin moulu, Sucre de Fleur de Coco, Mangue poudre gelée (9%), Sarrasin germé, Amandes moulues (6%) Baobab poudre (3%).

La encore que du bon ! C’est le préféré d’Estelle : plus sucré mais aussi plus neutre en gout. Elle adore le prendre en porridge.

FullSizeRender (10)

La testeuse n’est pas matinale :p

L’avis d’Estelle : Je dirais que l’éveil du bouddha remplie bien le ventre et que l’on a pas de sensation de faim jusqu’à l’heure du déjeuner. Pour autant ce n’est pas lourd sur l’estomac.. Le matin j’aime manger ! Je prend normalement 5 biscottes avec du beurre ! Quand j’ai vu le portion que représente 4 cs d’éveil du bouddha je pensais vraiment que ça n’aller pas faire assez mais pas du tout!!!! C’est super ! Comme Isa, j’aime l’utiliser pour varier mes petits déjeuners, mais je n’en prendrai pas tous les jours. Par contre j’adore son coté croquant 🙂

Quelle brassière de sport choisir pour protéger notre poitrine ?

Commençons par un sujet qui nous concerne toutes et qui revient souvent :

Quelle brassière de sport choisir pour protéger notre poitrine ?

Eh oui, même si on aime toute courir, on n’a pas forcément envie de se retrouver avec deux magnifiques gants de toilettes dans quelques années ! 😉 Sans parler des problèmes d’irritation… Bref, c’est un sujet très important pour nous les femmes, sujet qu’on a malheureusement tendance à négliger !!

Et si on commencait par un peu d’histoire.. ?

En 1975, Glamorise sortait la première brassière spécifique au sport. Glamour n’est ce pas?

tennis-ad

Bien que très populaire auprès de ses clientes, de nombreux revendeurs ont refusé de distribuer ce genre de produit, et le modèle fut retiré.

Ce n’est que quelques année plus tard, avec l’explosion du jogging, que les brassières de sport refirent leur apparition, comme ci-dessous, la marque Shock Absorber qui est lancée avec l’appui de Sally Gunnell.1995

Bon, maintenant que l’instant culture est passé, revenons à nos moutons 🙂

C’est vrai que quand on voit les prix des brassières, on y réfléchi à deux fois… J’espère que cet article vous aidera à y voir plus clair !

Je vous propose de voir les modèles les plus utilisés aujourd’hui par les coureuses :

ANITA ACTIVE EXTREME CONTROL : 59€ en vente ICI

Anita sports bra 5527 black blue front

Celui la, c’est mon chouchou, je ne jure que par lui ! (Isa, 95C) ! Bonnets sans couture, doublés en éponge. Ce qui me surprend le plus, c’est le confort au niveau des bretelles. Elles sont rembourrées et super agréables. Bref, je l’adore !

 SHOCK ABSORBER, en vente chez Décathlon : environ 40€

Shock-Absorber-Sport-Run-Soutien-gorge-de-sport-Brassire-Uni-Femme-0-0 Shock-Absorber-Sport-Run-Soutien-gorge-de-sport-Brassire-Uni-Femme-0

Encore une fois, un soutien-gorge très confortable pour les fortes poitrines avec un très très bon maintient. Les tailles montent jusqu’au bonnet G !

Les bretelles  sont rembourrées et réglable. Il y a également une double agrafe dans le dos. Enfin, sa matière absorbe l’humidité et l’évacue pour laisser la peau sèche pendant l’effort.

Le petit plus : Bande réfléchissante sur les bonnets pour pouvoir le porter sans haut la nuit, bretelles réglables

L’avis de Delphine de Trail entre Elles, 31ans, 90C : Je recommande ce soutien-gorge a toutes celles qui ont une poitrine généreuse et qui font de la course à pieds. Fini les blessures liées à des soutien-gorge inadaptés !! Les qualités de ce produit sont : le confort, le très bon maintien et la légèreté ! En bref courir rime avec liberté !!

 Anita Dynamix Star, marque allemande : 60€ en vente ICI

5537-364-5529-001-activeJe trouve cette brassière sublime ! Elle a d’ailleurs reçu le prix du design Red Dot. Elle a un système d’attache breveté Easy On & Off, qui permet un enfilage et déshabillage faciles grâce à une large ouverture. (Ca évite de nous décoiffer 😉 )

Encore une fois, nous avons un dos nageur pour une liberté de mouvements et un maintien élevé.

Le petit plus : Réglages des bretelles par l’avant

L’avis de Delphine de Trail entre Elles, 31ans, 90C : Le meilleur support que je n’ai jamais connu ! J’aime le fait qu’on puisse ajuter au niveau des épaules et du dos pour qu’il colle parfaitement à la peau. Cher certes, mais allez-y les yeux fermés,  ça en vaut le coût car le maintien est vraiment irréprochable !

Zsport Zbra Evolution, marque Francaise : 40€ en vente ICI

brassiere-sport-zbra-evolution-zsport-soutien-gorge- zoom_silver

Cette brassière est équipée d’une fermeture sur le devant pour une mise en place simple et rapide, de bretelles en mousse pour un meilleur confort au niveau des épaules, et d’un dos en « V » pour une grande liberté de mouvement.

Le petit plus : Des passants de fixation vous permettent d’accrocher votre cardiofréquencemètre.

L’avis d’Estelle, staff de Trail Entre ELLES, 85C, 39 ans : J’avais des aprioris par rapport à la fermeture devant, j’avais peur qu’elle me blesse. Il y a un ruban de protection entre la peau et le zip pour ne sentir aucun frottement, et un petit crochet nous aide à maintenir le tout pour le fermer. Au départ, la compression est telle qu’on a franchement du mal à respirer ! Mais la sensation s’estompe rapidement. Côté esthétisme, les très larges bretelles sont visibles, on ne pourra pas frimer en débardeur. Mais ce n’est pas le but recherché hein, on frimera plus tard avec votre beau décolleté ! 🙂 Le dos en V laisse une grande liberté de mouvement, c’est agréable. Pendant la course, le maintien est évident. La poitrine est comprimée, et bouge peu. Les bretelles sont en mousse et n’engendrent aucun tiraillement ou frottement pendant la séance. Bref, un très bon produit pour un maintien maximal, indispensable à la pratique de la course à pied. J’ai acheté mon premier modèle il y a maintenant 2 ans et jamais je n’ai eu de soucis avec cette fermeture, j’en ai depuis acheté un deuxième et je viens d’en reprendre 2 autres !!!

ODLO High Ultimate Fit, marque Suisse : environ 50€

827cc244fc29f933c2315385e56e8b81 (1)OD141B00L-002@2

Cette brassière est très appréciée par les coureuses à fortes poitrine. Les bretelles en X permettent d’avoir un meilleur maintient, avec un réglage dos large avec trois agrafes. Les bretelles rembourrées vous offrirons un bon confort.

Le petit plus : Molécules d’argent contre les odeurs et la croissance des bactéries

L’avis de Nathalie de Trail Entre ELLES, 95D, 45ans (qui est très bavarde :p) : la matière est confortable, épouse parfaitement les formes et évacue très bien la transpiration : aucune sensation d’humidité froide comme j’ai pu le reprocher à d’autres modèles. Top confort avec la large bande élastiquée : pas d’irritation, pas de frottement, et je glisse même en-dessous ma ceinture cardio ! Lavage après lavage (elles sèchent super vite), les brassières sont toujours au top (juste le logo « odlo » qui disparaît peu à peu), ne se détendent pas, ne montrent pas de signes de faiblesse (mes plus anciennes datent de l’été 2013). En résumé, ce que j’adore par-dessus tout, c’est le maintien. Le bémol, s’il faut en trouver 1, c’est qu’il faut de la souplesse et de la dextérité pour les agrafer ! 

En conclusion

Une brassière de qualité aura toujours un certain coût. Mais une brassière adaptée est essentiel pour la santé de nos poitrines. Les seins ne sont pas des muscles, ils reposent sur les pectoraux et sont maintenus seulement par les ligaments de Cooper qui assurent le rôle de soutien. Lors de la pratique sportive, les ligaments Cooper, soutien-gorge naturel, sont exposés aux sauts, aux chutes et aux chocs. Il est donc important d’en prendre soin, avec une brassière adaptée à l’activité physique.

N’hésitez pas à commenter cet article pour parler de vos marques préférées ! Je sais que Triumph a sorti une gamme sport qui est également très appréciée. J’ai aussi entendu parler de la brassière Addidas Infinite Supernova qui convient très bien aux filles qui ont une petite poitrine et un dos large.

Strava pour Trail entre elles

Dans le monde de la course à pied moderne, le « quantified self », les stats, et le partage social sont devenus quasiment incontournables. Après Runtastic, que j’ai utilisé quelques fois comme outil de mesure, après Garmin Connect, qui bien sur est limité à ceux qui ont des montres GPS de la marque, j’ai jeté mon dévolu sur Strava.

Strava c’est quoi?

L’idée de Strava est de motiver les gens à courir ou faire du vélo. C’est un réseau social pour les sportifs. Une fois dans vos contacts vous pouvez voir les sorties de vos contacts, les commenter, les féliciter.

dashboard

Vous pouvez rejoindre le club TRAIL entre ELLES et vous challengez à nos championnes… Dur dur de les battre !!! Mais c’est toujours intéressant de se comparer, mais aussi de voir les belles sorties que font les autres.

stravaTEE

Au-delà de ça il y a aussi possibilité de rejoindre des challenges mensuels, courir un 10 km, un semi, le plus de kilomètres dans le mois. Vous pouvez ainsi vous comparer aux autres athlètes qui se sont inscrits à ces challenges mais aussi à vos contacts qui s’y sont inscrit également. L’autre gros avantage de Strava est pour moi la possibilité de créer un segment.

Un segment vous avez dit !!!!!

C’est quoi un segment strava . Il s agit d’un parcours ou une partie de parcours que vous crée ou qui a déjà été crée. Si le segment a déjà été crée, soit vous le repérez avant de sortir sur la carte soit lorsque vous regardez votre sortie vous avez des informations qui apparaissent. Et là surprise vous avez votre temps qui apparaît sur ce segment et vous avez votre classement parmi toutes les personnes qui sont passées ici, un bon moyen de se motiver pour essayer de gagner quelques places.

segment

Il y a plein d’autres atouts à utiliser Strava en versions gratuite ou payante, je vous laisse les découvrir. Pour ceux qui utilisent une montre Suunto les données sont transférées automatiquement si vous connectez Strava à votre compte Movescount et ce depuis peu. Vous pouvez faire la même chose avec Garmin sans problème. Une autre solution est d’utiliser l’appli sur votre téléphone portable.

Comment se connecter et transférer ses données sur Strava?

Il suffit en premier de se créer un compte sur la Page d’accueil au site Strava. Comme beaucoup d’autres réseaux à votre première connexion Strava vous propose de retrouver vos amis connecté grâce a Facebook

page1

L’étape d’après sera de personnaliser votre compte, personnellement je trouve dommage de ne pas pouvoir dire je suis coureuse et cycliste, mais bon ça viendra peut-être un jour… Pour le moment Strava vous laisse l’option de changer  de configuration à tout moment.

page2

 

Une fois inscrite, il va falloir donner l’autorisation à Strava de récupérer vos données automatiquement, pour cela il faut aller clicker sur le petit plus en haut a droite

page3Et choisissez « Télécharger une activité »

page4

Strava vous propose de synchroniser votre montre automatiquement. sélectionner commencer sous la marque de votre montre.

page5

Personnellement j’ai une Garmin, mais je suppose que la manipulation sera la même avec les autres montres, mais en sélectionnant « Commencer sur Garmin » vous allez relier votre compte Garmin Connect à Strava.

page6

Il faudra autoriser les deux applications à communiquer ensemble…

page7

…et finalement vous enregistrer à votre compte Garmin Connect

page8

Félicitation vos sorties sont désormais automatiquement synchronisé à Strava !!!!!

Maintenant vous pouvez si vous le souhaitez rejoindre le club « Trail entre elles », car c’est aussi ça Strava, rejoindre des clubs pour partager ses sorties, entraînements, compétitions avec les autres. Retournez sur le dashboard et vous verrez sur la droite un encart Clubs sur Strava

page9

Vous nous trouverez facilement 😉

page10

 

Je vous dit à bientôt sur Strava ! 🙂

Estelle

La recette pâte de fruits par Carine

Salut Carine ! Est-ce que tu peux nous faire une rapide présentation?
Carine Dordan, catalane de Perpignan, la 40aine bien entamée, 2 grands garçons ados, pas de chien, pas de 4×4, des idées sociales revendiquées, un caractère trempé, une certaine folie douce, parfois borderline, pas hypocrite (voire trop franche) et addict à mon indépendance. Trop entière pour la demi-mesure, je ne sais pas faire semblant. Puis…tout se lit sur mon visage. Alors il suffit juste de me regarder pour me comprendre. Un cœur qui bat sûrement lentement mais qui bat pour des émotions fortes.image10

 

 

 

 

 

 

 

Durant le rassemblement à Samoens, tu nous as intrigué avec tes pâtes de fruits maison. Tu nous livrerais ton secret? 🙂

Avec grand plaisir !

Pâtes de fruits « Home Made By Moi » : Temps de réalisation 20 minutes12046600_10207593521496073_4653514371678654287_n

  • 250 gr de fraises ou fruits, à mélanger ou non (fraises et/ou bananes, dattes et ou bananes, figues, pommes et/ou bananes, coings, abricots, poires, etc etc)
  • 150 gr de sucre blanc,
  • 4 cuillères à soupe de sirop d’agave (optionnel)
  • Amandes, pistaches, noix, noisettes, raisins secs (optionnel)
  • 1.5 sachet de Vitpris (Alsa)

Pour faire de plus grosses quantités, doublez, triplez ou quadruplez les doses !!!

Préparer les fruits, les nettoyer (peler si besoin) et les mixer (pas besoin de Thermomix, hein !!!! 😉😉😉😉. Un simple mixer pas cher suffit !!!)
Mélanger le Vitpris, le sucre, le sirop d’agave (optionnel !) et en option aussi les fruits secs (noix, amandes, pistaches etc) aux fruits mixés, et poser le tout dans la casserole sur un feu doux jusqu’à la fonte totale du sucre sans cesser de remuer (risque de grumeaux). Une fois le sucre fondu, porter à ébullition et maintenir 5 min tout en remuant et le tour est joué !

Au préalable, préparer un petit moule rectangulaire et apposer une feuille de papier sulfurisé, verser la mixture chaude et laisser refroidir. Mettre ensuite au réfrigérateur. Quelques heures plus tard, couper en lamelles et envelopper dans du film alimentaire… Conservation plusieurs mois !

Lors des ravitos, pas besoin de les déballer, il faut juste presser le papier et la barre glisse à l’intérieur du film, l’absorption est rapide et super digeste ! Vous pouvez aussi remplacer le vitpris par du Agar-Agar mais le temps de prise en gélatine est plus long et la texture moins fondante. De plus le goût est un peu amer.

À vos fourneaux…et à vos papilles !!!
Et pour le prochain rassemblement TEE : BATTLE de recettes maison pour ravitos Trail 😉

image19 image17

Merci 🙂 
Et si tu nous parlais un peu de ton parcours en trail maintenant?

IMG_0221Mes premiers émois en cap remontent au collège avec une 3ème place individuelle et une 1ère place par classe au cross du collège. Pendant les études supérieures, pas facile de toujours continuer et suivre avec assiduité… Mais passionnée de sport, de ski, de montagne, de neige, de glisse, de défis, j’ai toujours eu beaucoup d’activités physiques. Après la naissance de mes 2 garçons j’ai repris la cap avec du fractionné. Mais de grosses blessures à répétitions m’ont éloignée du fractionné (6 fractures de fatigue avec plâtres en 3 ans et 1/2… Et autant de périostites).

Ce sport est synonyme pour moi de découverte, de partage, d’indépendance, de liberté, d’évasion, de rencontres, d’autonomie et de dépassement personnel…donc cela a été une évidence avec le caractère que j’ai ! Besoin de personne, pas de contraintes horaires, et terrains de jeu faciles à trouver vue la variété de mon département (66) qui s’étend de la mer à la montagne.

image5 image7
Voilà tout simplement comment je suis venue au Trail, en m’entraînant sur les circuits nature, la montagne et le vallonné. Et les organisateurs de courses des Pyrenées-Orientales profitaient de la diversité du département et de sa géographie, pour organiser ce que l’on appelait « à l’époque » (avant que le mot Trail ne devienne légion…) les cross, les courses nature et montagne. Passionnée par la découverte, la variété des éléments et des terrains, le trail a donc été une suite logique…puisque je faisais déjà des sorties nature à la découverte de nouveaux lieux ! D’ailleurs je choisis mes courses à l’envie, à la variété, à la découverte et à la beauté, et non de façon tactique ou pratique. Il faut que je sois séduite avant tout, que le lieu me transporte, que la nature me fasse rêver, que le voyage soit mental, que le défi soit personnel. Sans magie, sans ambiance, sans partage, l’intérêt est pour moi réduit à néant.
image20 image8  image6

Quels sont tes plus beaux moments TRAIL aujourd’hui?
image21Mes plus belles émotions sportives, je les ai vécues sur route avec les Marathons de NY et Paris, avec un chrono de 3h44. Puis en trail à l’arrivée du Marathon des Causses aux Templiers. Puis ensuite à l’ITT de Val d’Isère, au grand Trail des Templiers, à l’ecotrail de Paris et surtout lors d’ultras sur la Cordillère Blanche au Perou et sur la Bolivia Ultra Race. Beaucoup d’émotions partagées, et j’avais conscience de tout le chemin parcouru et reparcouru pour en arriver là…

 

Tout cela demande une sacrée préparation ! Comment est-ce que tu gères tes entrainement aujourd’hui?
Mes entraînements sont artisanimage12aux, surtout par le fait que je jongle avec mes blessures qui sont une épée de Damoclès permanente, mon travail et mes mes garçons Louis et Charles. Et puis suivre un plan, ça m’indispose ! Je pratique aussi le fitness en salle de sport pour la PPG : body pump, RPM, CX, etc. Et tous les we d’hiver je monte aux Angles (station de ski 66) pour ski, ski de Rando, Run.

Ces 5 dernières années ont été en dents de scie voire certaines catastrophiques pour moi à cause des fractures : annuler des courses, renoncer à des dossards, voir s’envoler des gros défis, regarder les copains partir sur des événements, lire les posts, devoir rester immobilisée…sont autant de coups de poignard qui engendrent des douleurs morales bien souvent supérieures aux physiques. C’est alors qu’il faut puiser dans son mental et qu’il sert énormément.
IMG_0219 IMG_0224

Après une fin d’été 2012 où j’étais autorisée à trotter gentiment…ma reprise s’est faite dans le dur. J’avais terminé 2ème du challenge snow Trail Salomon, et j’étais invitée par la marque à courir l’Ubaye Trail en août. Je me suis alignée sur le 25kil et ses 1200 de D+ avec seulement 3 sorties de 6km sur du plat !!! Tout au mental… Puis j’ai enchaîné avec quelques trails (Collioure, les Templiers et son marathon des Causses et le snow Trail la Romeufontaine). J’ai refait NY pour la 3ème fois en 2013 avec une fracture du tibia…dans des douleurs horribles mais sous les 4h malgré des arrêts incessants. Puis il y a eu beaucoup d’autres trails et ultras : le plus beau en Europe étant celui à Zermatt au Cervin, le « Matterhorn Ultraks ». Le Perou et ses 220km pour 13000D+, puis la Bolivie à courir entre 4000m et 6000m d’altitude.
image2image1

Mais ma joie de vivre, mes petits bonheurs, l’envie de parcourir des chemins insolites, de gravir de nouveaux sommets, de trotter entre amis, de découvrir des paysages merveilleux, de me retrouver avec moi-même, de vivre des défis personnels grisants, de communier avec les éléments, bref, de me sentir vibrer et vivre…est intacte !

J’espère cependant que mon plus beau souvenir reste à venir, reste à réaliser, reste à partager, reste à sceller ! Je pars en janvier pour un ultra en Patagonie/Chili avec mon ami Christophe Le Saux…et c’est un sacré morceau !!

Nb : je n’aime pas l’été, je suis un ours, amoureuse du froid, de l’hiver, de la neige, des ciels bleus et ensoleillés de l’hiver, donc…plutôt Tromso que les Sables pour partager un défi :)))image4image3

Merci de nous avoir fait rêver avec toutes ces photos magnifiques !
Pour finir, un petit mot sur ton boulot, qui je crois à un rapport avec le TRAIL?
Je suis, par passion et par loisir, (car j’ai un « vrai » travail à côté) testeur de produits course à pied et rédacteur pour le magazine TraileurZ. Être rédacteur et testeur, c’est associer la tête et le corps, c’est faire rouler 2 machines pour un seul plaisir…le nôtre !

La Plagne station de trail

La station de la Plagne, non contente d’être la plus grande station de ski du monde avec un domaine skiable proposant 435 km de pistes (Paradiski), souhaite affirmer son positionnement de station trail.

20043173562_45d0789ecb_b

Avant-gardiste il y a 26 ans, la Plagne a créé la 6000D, la course des Géants 64 km pour 4000m de D+ et son passage mythique du Glacier de Bellecôte à 3000m d’altitude. Afin d’affirmer son statut de Station Trail, la Plagne développe le concept de la 6000D en étoffant19431168133_0f08b8f9cf_k[1] son programme du 23 au 25 juillet 2015 (rajout de la 6D Bob, 6D Verticale et 6D Mômes en plus de la 6 Découverte 11km 600D+ et de la 6D Lacs 27km 1600 D+) mais aussi en déclinant le concept avec une semaine entière dédiée au trail (du 2 au 9 août 2015). Quelques 3000 coureurs sont venus se confronter sur les différentes courses proposées cette année (dont plus d’une dizaine de TEE).

A noter que le Plagne est la station d’entraînement choisie par le team pro Asics.

Le trail alpin du Grand Bec (22 km pour 1600 m de D+) est également au menu pour découvrir le versant sud de la Plagne depuis Champagny (9 août 2015).

20288805455_dd47372562_k[1]D’autres trails sont également organisés comme la Prajourdane (9.5km de montée) au départ de Plagne Montalbert ou un kilomètre vertical (5km pour 1000 m de D+) de la Roche au sommet de la Grande Rochette. L’Astragale vous permettra de vous confronter à ses 10 km sur la route balcon entre Plagne Aime 2000 et le Dou du Praz.

 

Enfin chaque mercredi de l’été vous pouvez vous confronter à la montée de la piste de bobsleigh, la Montée Infernale (1.5 km avec 8.2% de pente en moyenne avec un maximum de 14%). Expérience unique et originale.

L’hiver n’est pas en reste puisque pour le lancement de la saison de ski le samedi 12 décembre 2015 vous pourrez participer à la Yeti Race (course sur neige de 10 km et 500D+ ou 20 km ET 1000d+ avec différentes épreuves comme parcours du combattant, tir au laser ou sciage de bûches !).

L’avenir se conjugue avec trail c’est pourquoi dès l’été prochain des parcours de différentes difficultés seront balisés et accessibles facilement sur internet avec possibilité de déposer photos et commentaires. Au menu le parcours de la 6 Découverte et le Mont Jovet 2550 m d’altitude.20044239722_368ad1df20_k

Venez découvrir les immenses possibilités offertes par la Plagne en terme de sentiers ou chemins.

Chacun y trouvera tracé à sa chaussure.

Article de Brigitte Gelloz