Archives de l’auteur : Isa

Ne sortez JAMAIS avec une TRAILEUSE

NE SORTEZ JAMAIS AVEC UNE TRAILEUSE, elle des pieds qui ne ressemblent à rien. Des cicatrices d’ampoules, parfois un ou deux ongles qui manquent : attendez vous à une vision d’horreur ! Chaque blessure aura son histoire : ce trail à la Plagne où elle a parcouru plus de kilomètres que jamais, cette course au Maroc où elle a fini main dans la main avec une inconnue… Lire la suite

Laurianne et son projet : « J’irai courir pour vous »

Salut Laurianne ! Bloggeuse, tu racontes tes aventures sur ta page « Les tribulations d’un Escargot de Trail ». Du coup on avait envie de mieux te connaitre. Tu nous racontes un peu qui tu es ?
Je m’appelle Laurianne, et j’ai 32 ans. J’ai longtemps cherché ma voie et usé les bancs de l’école. Il faut dire que j’adore étudier – malgré une handicapante mémoire de poisson rouge – et tout me passionne : fac de japonais, école de photo, pompier volontaire, un (très court) passage en histoire de l’art et lettres moderne, avant de trouver enfin ma vocation : infirmière!

J’ai travaillé auprès de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer pendant deux ans, avant de démissionner et de m’accorder une année sabbatique, notamment pour réaliser un projet cher à mon coeur.

En dehors du travail, beaucoup de lectures diverses et variées, une tendance à aller vers un mode de vie plus simple et plus respectueux de la nature, des musées, les amis, la famille, et bien sûr… le trail !

trail-entre-elles-stage-calanques-1040291

Comment tu as commencé le Trail? Ca fait longtemps?
J’ai commencé à courir à 25 ans, pour devenir pompier (il fallait être sportif apparement, quelle drôle d’idée ! ). La progression a été douloureuse et lente, mais ensuite le virus ne m’a plus quitté. J’ai commencé par la route, par le marathon de Toulouse pour être exacte : cela faisait trois mois que je courais, ce n’est donc pas l’experience la plus agréable de mon petit parcours de coureuse. J’ai ensuite poursuivi avec des semi-marathon, type d’épreuve que j’affectionne encore.

Il y a quatre ans, un ami m’a proposé de participer à l’Impératrice, un trail de 10 km en forêt de Fontainebleau. Cela a été un véritable coup de foudre. Je me suis demandé pourquoi j’avais perdu autant de temps sur la route alors que de somptueux sentiers m’attendaient en forêt.

trail-entre-elles-stage-calanques-8018

J’ai également réalisé que les longues distances, impossibles en route car trop contraignantes pour mes genoux, me tendaient les bras… j’ai donc augmenté progressivement les distances, et pour l’instant ma plus longue est le trail de Sens, environ 60 km. J’ai encore l’intention d’augmenter, jusqu’à l’ultra, avec le rêve fou de finir un jour la Diagonale des Fous.

Mais si j’arrive à courir longtemps… je n’en cours pas moins très lentement ! A tel point que je me suis auto-proclamée Escargot. Ma façon de vivre les trails est toute particulière; je n’aime pas me faire mal donc j’y vais à mon rythme, je n’hésite pas à m’arrêter pour prendre des photos, discuter avec les bénévoles, envoyer quelques messages à mes amis… Résultat, je finis souvent dans les derniers, voire dernière, quand je ne me fais pas éliminer sur les barrières horaires !

Mais je finis toujours mes courses avec un grand sourire et en prenant beaucoup de plaisir.

 

Je suis sure que tu as une super anecdote pour nous ! Tu nous raconte?
Une anecdote? Je faisais utrail-entre-elles-stage-calanques-093626n trail de nuit à Buthiers. Rapidement, je me retrouve seule, et très probablement dernière. Je vous laisse imaginer l’ambiance; il fait nuit noire, je suis seule, en pleine forêt, avec des bruits étranges aux alentours, aucun autre coureur en vue et seul le balisage me tient compagnie.

Vers le sixième kilomètre, le trail emprunte un trajet des plus sympathiques: il faut se glisser sous les rochers et ramper dans une grotte sur environ deux cent mètres… le plafond est tellement bas qu’il est impossible de progresser autrement qu’allongé ! Vaille que vaille, centimètre par centimètre, en priant pour ne pas me faire manger par une bestiole quelconque et ne pas avoir raté la sortie, je finis par sortir de la grotte.

Je termine la course, et fait part de mon étonnement à mes amis qui l’ont également courue :
« Tout de même, le coup de la grotte en pleine nuit, pas génial! »
« Quelle grotte Laurianne? »
Oui. Vous avez bien compris. Je suis passée dans une grotte effrayante, j’ai perdu 15 minutes, j’ai vécu de longues minutes d’angoisse… pour rien! Je m’étais simplement trompé de chemin!

trail-entre-elles-stage-calanques-9601

Aujourd’hui tu as un magnifique projet, tu veux nous en parler un peu plus?

Avec grand plaisir!trail-entre-elles-stage-calanques-5

En 2011, ma tante Marie-Sylvie, dont j’étais très proche, a été diagnostiquée porteuse de la maladie de Charcot ou sclérose latérale amyotrophique. C’est une maladie neurodégénérative qui atteint progressivement les neurones chargés d’envoyer les informations du cerveau jusqu’aux muscles, entraînant une paralysie progressive, jusqu’au décès.

Ma tante s’est éteinte en 2015, après de longues années de combat, mais toujours en gardant son humour et sa joie.

J’ai toujours eu envie de faire quelque chose pour cette cause. Et puis cette année, l’idée, puis l’occasion et enfin les moyens se sont présentés.

J’ai eu envie d’agir à mon échelle, en faisant ce que je sais faire de mieux: courir.

J’ai donc décidé de lancer un projet un peu fou et ambitieux: aller courir une semaine dans chaque région de France pour sensibiliser à la maladie et récolter des dons pour l’ARSLA, une association qui s’occupe à la fois de la recherche et d’aider les personnes atteintes de la maladie de Charcot.

Le but est triple; récolter des dons, découvrir la France, et rencontrer de nouvelles personnes.
Chaque rencontre sera ensuite « croquée » sur le site internet, illustrée par des photos, relayée sur ma page FB et sur la page des TEE, et filmée tout au long de ce Tour de France un peu particulier.
Le projet commence au 27 mars et se termine le 25 juin. 13 régions, 13 semaines pour lutter contre la maladie de Charcot, voilà l’objectif!

J’ai donc sollicité l’aide aux TEE (Trail entre Elles) : le projet a eu un accueil très chaleureux; j’en suis encore étonnée et émerveillée. Sans elles rien ne serait possible… mais l’aventure, et le travail, ne fait que commencer! Je voulais en profiter une nouvelle fois pour les remercier… elles sont formidables !

Un petit mot pour la fin?
Je suis en train d’organiser tous les plans de route et je n’ai qu’une chose à dire: pourquoi n’ai je pas été plus attentive en cours de Géographie française??

Suivre Laurianne sur sa page FB : https://www.facebook.com/escargotdetrail
Le site WEB : www.courirpourvous.com
Pour faire un don: https://www.helloasso.com/utilisateurs/viautour-laurianne/collectes/j-irai-courir-pour-vous

trail-entre-elles-stage-calanques-3

Debardeurs Motivation Trail, Dos Nageur 100% Coton Biologique

Débardeurs Motivation Trail, Dos Nageur 100% Coton Biologique

https://fr.ulule.com/debardeurs-motivation/

Ce projet, je l’ai en tête depuis des mois ! 😉😔
J’en ai beaucoup discuté avec des stylistes, j’ai proposé plein d’essais ratés, j’ai fais et recommencé encore et encore(merci Audrey Manzoni-Roux pour ta patience). 😲
Puis, j’ai mis un temps fou à trouver un débardeur de qualité, BIO de surcroit. Je voulais quelque chose de classe !
Ensuite, j’ai embêté ma soeur Marie pour qu’elle m’aide à faire les animaux les plus mignons au monde.. 🐹
Puis, j’ai fait des sondages sur le groupe et vous m’avez aidé à choisir ! 👍
Et puis jusqu’au bout, ça a été intense : j’ai eu des surprises de dernières minutes lors de la vectorialisation des fichiers et j’ai du tout refaire ces 2 derniers jours ! (merci Sharky Chatoune Mazz)😓.

Aujourd’hui, je tremble😰, car c’est VOUS qui allez décider si finalement ce projet verra le jour : je vous laisse découvrir le site de précommande.

Tout se passe ici : https://fr.ulule.com/debardeurs-motivation/
Le prix est tout doux : 20 euros, frais de port compris, pour un débardeur BIO sérigraphie👍

N’hésitez pas à en parler autour de vous. Un grand merci.

Isa

 

Rassemblement : On remet ca, dans le Jura !

Weekend entre Elles : le Jura !

On avait trop envie de vous revoir : du coup on vous propose une nouvelle date pour se retrouver 🙂

2015-05-27-qispi-jura_leman-lavaux-img_9259

Où? Quand? Comment?

La date à retenir : le 30 Juin, 01 et 02 Juillet 2017 ! Accueil le vendredi à partir de 17h, et on se quitte le dimanche fin d’après midi (17h).

Le lieu? Vous allez vous régaler : on se retrouve au Chalet Côté Dôlé, aux Rousses, dans le Jura.
Piscine, spa et nage à contre courant avec un espace solarium et détente…. Maillot de bain obligatoire ! 🙂 🙂
Chambres de 4 personnes, salle d’eau privative, linge de lit fourni.

Et concernant le niveau? Les tortues sont acceptées, nous aurons 3 groupes de niveau différent sur ce stage 🙂

16_14_29piscine-1500-03_61

Et du coup ça coûte combien ?

La formule tout compris (pension complète, accompagnement, sac de bienvenue, test de matériel, autres surprises…) est à 202 euros.

 

Si vous ne connaissez pas du tout la communauté, vous êtes la bienvenue : promis vous aurez le droit à un accueil plus que chaleureux !

Et comment je réserve ce weekend de rêve? 😉

Directement sur le site du prestataire : http://www.qispi.fr/jura-trail-entre-elles
Vous y trouverez toutes les modalités d’inscription, les conditions générales de vente, etc…
Attention les places sont limitées !

2015-05-25-qispi-jura_leman-la_dole-img_9008

Et si je veux covoiturer?

On aime beaucoup le covoiturage. C’est aussi l’occasion de rencontrer des TEE  de votre région ! On vous conseille donc de vous inscrire sur le groupe de discussion dédié au covoiturage : https://www.facebook.com/events/1111231295650506/

Vous pouvez aussi venir sur notre groupe Facebook

dsc018001 2015-05-28-qispi-jura_leman-hautes_combes-img_9330_v2
2015-05-30-qispi-jura_leman-colomby-img_9555

Malhy : « On dit qu’internet éloigne les gens des uns des autres. TEE est tout l’inverse. »

Salut Malhy ! Bienvenue parmi les TEE. Tu nous racontes un peu ton histoire?

J’ai 44 ans, mariée, 3 enfants. J’ai quitté ma Bretagne quand je suis tombée follement amoureuses des montagnes des Hautes-Alpes…entre autre !  Je suis une passionnée de la Vie. J’ai besoin de grands et beaux espaces, de soleil et de sport et c’est pour cela que j’ai quitté ma profession (éducatrice spécialisée dans les prisons pour mineurs), pour enfin assouvir un vieux rêve : la photographie, animalière principalement. Je suis en montagne du matin au soir à crapahuter, je lis et j’écris beaucoup.
Pour moi le sport et les livres sont synonymes de liberté. Ma plus grande force est le soutien inconditionnel de ma famille, leur amour me porte loin.

 

Tu nous racontes tes débuts en Trail?
Depuis toute petite, le sport fait parti de moi, j’en ai besoin. Aïkido pendant 20 ans, VTT, surf, planche à voile et courses. En Bretagne j’ai participé à beaucoup de cross, marathons, surtout celui du Mont Saint-Michel. Quand je suis arrivée dans les montagnes, je suis partie courir avec mon meilleur ami et ici rien n’est plat, ce n’est que du dénivelé. Le début d’une histoire d’amour  avec le trail, qui commence gentiment avant de devenir passionnelle.

Mais finalement, je m’y suis mise véritablement il y 6 mois après mon « accident ». Ca a été ma meilleure thérapie. Aujourd’hui le trail est comme un ami d’enfance, il provoque des bonheurs simples et entiers, je lui confie mes joies, mes peines et il se charge de tout remettre d’aplomb….. Mon bras gauche a perdu 80% de ses capacités et le trail me permet de me dépasser entièrement, dans des sites extraordinaires. Je cours au minimum 3 fois par semaines, gère mon alimentation et j’ai une super excuse pour m’acheter de belles baskets !!!! J’aime tellement les baskets…..

img_4125

 

On aime bien les anecdotes croustillants ici, et je suis sure que tu en as un pour nous :
Avec mon meilleur ami, nous sommes partis trottiner direction le glacier des violettes à Pelvoux, au printemps. Sentiers très étroits, d’un côté la paroi, de l’autre le vide. Ludo est 3 mètres devant. Je suis bien, je gère…jusqu’au moment où une marmotte se fige devant moi, sur ses pattes arrières ! Alors je vais sûrement casser le mythe de la marmotte mais…une marmotte n’est mignonne que sur les cartes postales et en peluche. C’est gros et grand une marmotte. Et quand elle vit dans un site très touristique, elle sait que le touriste a de la bouffe dans son sac. Donc me voilà coincée face à une marmotte affamée, qui bouche le passage et reste impassible face à mes menaces. J’appelle Ludo qui évidemment explose de rire face à la scène : « elle a faim », me dit -il, « mais ne la nourrie pas, c’est dangereux pour sa santé »…… ok ! Moi j’ai l’impression que la grosse moumoute lorgne la poche dans laquelle je cache une barre de céréale. Je tente de passer….la marmotte démarre à mes trousses et nous pourchasse ! On s’enfuie à toutes jambes ! Mon pote me hurle : « Jette lui ta barre de céréales !! « , je lui réponds :  « ben faudrait savoir »….. « jette lui bordel !!!! »

J’ai lancé ma barre de céréales à la marmotte racketteuse. Nous n’avons pas atteint le glacier tellement nous avons cramé nos ressources à fuir la peluche délinquante. Moi je vous le dis, la marmotte ne met pas le chocolat dans le papier d’alu…elle retire la barre de céréales du papier sulfu.

truc-009

Aujourd’hui tu as un super projet ! Tu nous en parles un peu plus?

Quand j’ai rejoint la grande famille TEE, j’ai survolé la page Facebook et puis je suis allée sur le blog que j’ai lu de fond en comble. Je suis tombée sous le charme !  J’ai découvert des femmes attachantes. Pour certaines le coup de coeur a été immédiat pour maintes raisons humaines.

On dit qu’internet éloigne les gens des uns des autres. TEE est tout l’inverse.

Chacune a sa progression dans la pratique du trail mais toutes viennent partager bien plus que des conseils techniques au sein du groupe. A travers l’humour, la complicité, la compréhension et la tolérance, les filles se motivent, s’entraident, se soutiennent. Je n’ai pas souvenir d’avoir croiser cette osmose depuis le siècle dernier !

J’attendais depuis longtemps qu’un sujet de livre vienne me coller la chaire de poule, me passionne, pour me remettre à l’écriture. Le déclic est venu le week-end du stage aux Calanques. Nous étions à Marseille, ma Moitié et moi, et j’avais tellement envie d’aller shooter le groupe…. immortaliser cette complicité, cette joie de vivre…. Quand un sujet de photo me tend à ce point, c’est qu’il y a quelque chose derrière. J’ai eu tout le temps d’y réfléchir pendant le trajet du retour.

Derrière mes blagues idiotes et mes licornes se cache un coeur gros comme ça. J’aime les gens vrais, j’admire ces personnes qui ont choisis de VIVRE pleinement en dépit de tout et qui mènent de front mille vies….Ces personnes sont des femmes (comme toujours !!!). Et si c’est grâce à la magie du Trail alors je souhaite mettre en lumière ces destins au travers de photos et de textes. Un hommage, en ces temps d’intolérances et de retour à des préceptes archaïques, à la femme d’aujourd’hui qui n’a besoin que d’elle même pour être heureuse.

Malhy a lancé un appel sur le groupe  Facebook aux TEE souhaitent l’aider dans son projet, vous trouverez les infos ICI

1000241_703224819704266_1389129064_n

Un petit mot sur les licornes avant de se quitter?
Les licornes (rires)
Ce n’est pas tant l’animal magnifique, majestueux et mystique, qu’il faut retenir (surtout pas).. C’est le concept déjanté de la bestiole. La licorne représente le grain de folie monumentale qui se balade en moi depuis que je suis venue au monde. J’ai grandit baignée par les légendes celtes et quitte à choisir un animal totem, je préfère la licorne à un troll. Le canular a pris plus d’ampleur quand certaines filles ont fait leur coming out licornes sur TEE .

Un petit mot sans licorne pour la fin?
Le mot de la fin est pour toi Isa. Je te remercie infiniment d’avoir eu l’idée de ce groupe. A mon avis c’est la meilleure création sur le plan humain qui s’est fait depuis la création de la peluche. Aller rejoindre les membre de TEE le soir après la journée de boulot c’est toujours joyeux moelleux !
Je voulais aussi remercier les filles qui s’investissent à la création de ce bouquin. Elles se livrent à moi sans forcément me connaitre, c’est très fort émotionnellement. Je suis vraiment très touchée par leur confiance.

 

La Maxi Race entre Elles, on remet ca !

La Maxi Race entre Elles, on remet ca !

Cette année encore, nous avons le droit à des super réductions sur les inscriptions : 20% !
Eh oui, vous avez bien entendu ! On peut dire qu’on est  chouchoutée !

Les conditions :

–> -20% sur les inscriptions (hors options)
–> Valable jusqu’au 31 Décembre 2016
–> Limité à 30 places par courses (100 places sur la Fémina-Race)
–> Limité aux FEMMES (pour les relais c’est donc 100% femme)
–> Inscrire comme club  » Trail entre Elles » est obligatoire !
–> Dossard non échangeable, ni revendable.
–> Assurance annulation (pour certaine course) possible

Venez nous retrouver :

On aura un chapiteau réservé pour le repas des « Trail Entre ELLES ». Prenez l’option reps du vendredi soir pour nous rejoindre !

 

Et comment  ca marche?

Il suffit de rentrer ce code promo, et inscrire comme club « Trail entre Elles » au moment de l’inscription : http://www.maxi-race.net/fr/inscription/
Attention aux abus, cette offre est limitée aux FEMMES uniquement. Au prochain abus, nous perdons nos avantages !
110km : Ultra-Race –> trailelle110
83km : MaXi-Race –> trailelle83
111km en 2 jours : XXL-Race –> trailelleXXL
84km en 2 jours : XL-Race –> trailelleXL
42km : Marathon-Race –> trailelle42
15km Mixte du Dimanche : Short-Race –> trailelle15M
15km 100% Femme du samedi:  Fémina-Race –> trailelle15F
Relais à 2 : R-Race 2 –> trailelleR2
Relais à 4 : R-Race 4 –> trailelleR4

A bientôt?

Evenement Facebook associé : https://www.facebook.com/events/1855759571304393/

DCIM100GOPROG0233827.JPG

DCIM100GOPROG0233827.JPG

Sylvie, « Nous seul pouvons prendre des décisions, se battre pour obtenir ce que l’on veut »

Salut Sylvie et bienvenue chez les TEE ! Tu nous racontes un peu ton histoire?
Je m’appelle Sylvie Charlet, j’ai 45 ans et je suis maman d’une adorable merveilleuse ado de 16 ans !
Mon fauteuil, c’est mon bolide à quatre roues. Je me suis retrouvée dessus il y a plus de quatre ans suite à trois maladies génétiques. Je souffre aujourd’hui d’une Fibromyalgie (totalité du corps). S’ajoute à cela une maladie qui touche mes os, une coxarthrose, une dysplasie des deux hanches, ainsi que des tendinites chroniques, de l’arthrose dans tout le corps, un décollement du grand muscle dentelé,  en prime un souci veineux, et au cœur (je prend un cachet pour réguler mon rythme cardiaque depuis l’âge de 25 ans)…
Tout cela m’a valu à ce jour 24 opérations diverses (colonne, genoux, épaules, hanches, etc…).

Je ne suis pas paralysée, je n’arrive simplement plus à tenir debout plus de 5 minutes : cela me demande une grande concentration et beaucoup de volonté pour influer le maximum d’énergie vers mes cuisses afin de mettre un pied devant l’autre.

Aujourd’hui tu fais des courses? Tu veux nous parler de tes plus belles réussites?
Bon nombre de personnes pratiquent le sport qu’elles désirent, « les valides ».
Je ne fais pas partie de celles là, non pas parce que je n’aime pas le sport, bien au contraire je l’aime depuis toujours, et je l’aimerai à vie. Je fais partie de ces personnes à mobilité réduite qui pratiquent du Handi-Sport…

14971923_332190543807001_130104966_n-1Mes buts, mes rêves, ont pris du temps, de la réflexion, de l’organisation, mais également une concertation mûrement réfléchie avec le corps médical, mes chirurgiens, mon docteur : sans leurs accords rien n’aurait été possible. Il m’aura fallut plusieurs mois pour y réfléchir, laisser l’envie mûrir, pour lancer mes premiers projets que je réalise au mieux en fonction des aléas que m’impose mon état de santé.

 

Ma plus grande réussite sportive à ce jour, c’est d’avoir eu la chance inespéré de participer à La Guadarun (Trail des Iles en Guadeloupe) : 6 iles à traverser, 150 km à parcourir. Cela dit, je n’ai pu en faire qu’une partie, moins de 100 km cette année, mais je compte bien faire la totalité l’an prochain ! Un moment magique entre la course, la découverte du pays et de sa culture, les gens qui sont d’une infime gentillesse : une sacré aventure hors norme à vivre une fois au moins dans sa vie !

Bref c’était mon rêve quand j’étais valide. Je l’ai fait en fauteuil roulant et cela a pris un tout autre sens : plus merveilleux, inoubliable dans mon coeur, dans mon esprit.. et la satisfaction de se dire que je l’ai fait, j’y suis arrivée comme les autres participants !

 

Ma pire galère, forcément c’est mon fauteuil qui n’est pas adapté et avec lequel je m’esquinte régulièrement les bras, les mains, les épaules… Imagine toi devoir faire avancer 15 kg (pour le fauteuil), plus mon poids 46 kg, le tout à la force des bras. Avec des roues qui ne vont pas partout, le moindre petit obstacles deviens un défi : comme un trottoir, un caillou, un trou sur une route, prendre un ascenseur, se retrouver devant les magasins sans y avoir l’accès, un immeuble avec des escaliers,  etc…

Le fauteuil que j’ai est un modèle utilisé dans les hôpitaux ou les maisons de retraite, mais en aucun cas un pour aller à l’extérieur. L’état nous octroie de très petites aides pour financer un fauteuil roulant. Pour le moment tous mes dossiers de demandes d’aides sont refusés !

Les galères, c’est aussi le comportement humain : les réflexions que l’on peut se prendre au quotidien, les regards, le mépris des gens, etc..
14522841_10207747725157518_4268192618953238673_n

 

Un mot pour la fin?
14997147_332190277140361_1159891572_nDans la vie tout n’est pas rose.
Certains auront une vie tranquille, d’autres auront une vie de folie. Certains auront la chance de ne jamais être malade, tandis que d’autres devront affronter parfois des maladies bénignes, incurables, voire irréversibles, évolutives et se battre le reste de leur vie. Que se soit pour notre vie professionnelle, ou sentimentale, nous seul pouvons prendre des décisions. Se battre pour obtenir ce que l’on veut, évoluer, avancer… Ou rester là, tels de petits soldats, des automates.
Nous avons également tous des objectifs, des buts, des envies, des rêves plus ou moins fous… Durant notre vie, on en réalisera certains, d’autres non. Tout dépend une fois de plus de nous.
Soit on y croit et on fait tout pour réaliser nos projets, nos rêves…
Soit on laisse passer sa vie au risque un jour de se réveiller avec des regrets !

Si vous voulez suivre les aventures de Sylvie : https://www.leetchi.com/c/projets-de-charlet-sylvie

Rassemblement dans les Calanques, on vous raconte !

Rassemblement dans les Calanques, on vous raconte !

On avait envie cette fois ci de partager notre weekend avec vous en utilisant les mots des heureuses participantes…

Le mot de Myriam :

Voilà de nombreux mois que j’attendais ce week-end dans les Calanques. Pouvoir enfin faire la connaissance de nombreuses TEE aperçues sur la Page Facebook ainsi qu’Isabelle Fabre et Émilie Lecomte.

Départ le Vendredi matin à 10h30 en TGV où j’ai retrouvé Françoise, de la partie aussi. Nous sommes arrivées à Marseille à 14h30 où nous avons retrouvé Murielle, une 3e TEE. 2/3 cafés plus tard, Sophie et Stéphanie sont arrivées pour nous emmener avec elle jusqu’au camping près de Cassis où se trouvaient déjà quelques filles et Isabelle. Premiers fous rires pour essayer les brassières Anita…

Puis Émilie est arrivée ainsi que d’autre TEE et nous avons pu nous installer dans nos bungalow. J’ai partagé le mien avec Mariline,  Mélanie, Segolène et Claire. Déjà une super ambiance… A 18h tout le monde dans la salle commune pour le debriefing et présentation de chacune. Les 2 jours s’annoncent top !

Puisque la salle commune ferme, nous décidons de prendre notre repas tous ensemble dans un des bugalows où nous arrivons à rentrer à 18 !! Une super soirée toutes ensembles avec un repas préparé par la femme de Nicolas, le 2e coach.

Tout le monde au dodo vers 23h afin d’être en forme…

Debout à 7h et petits déjeuners dans chaque bungalow grâce aux courses faites par Nicolas et Emy. Je prépare soigneusement ma tenue et mon sac de trail car nous partons la journée. Départ en voiture à 8h00 pour Cassis où nous laissons nos voitures et commençons notre première journée de trail.
DCIM100GOPROG0043142.JPG

Plusieurs heures pour couvrir presque 15km, en passant par la croix de Marseillevert et les 7 Calanques. Des moments de course, de marche, de jeux et de défis souvent très drôles (équipe de choc « Les Violines » avec Estelle, Stéphanie et Caroline) et des paysages à couper le souffle et un bleu du ciel et de la mer incroyable.

DCIM100GOPROG0053169.JPG

Les Violines en pleine forme !

Je suis dans une bulle… J’apprends à faire individuellement connaissance avec chacune et c’est le bonheur. Nous pique niquons près d’une grotte juste au dessus de l’eau, l’endroit est magique et nous régalons de la salade de quinoa préparée par la femme de Nicolas.

Nous repartons pour les derniers km et encore de belles ascensions!! Il fait très beau mais froid par moment à cause du vent. En haut, la vue sur la Méditerranée et l’Île de Riou est magnifique!….Nous faisons sans cesse des photos.
DCIM100GOPROG0193625.JPG

C’est le retour au parking et au camping. Petite douche méritée puis stretching/yoga basé sur la respiration avec notre coach Emily. Puis gainage collectif à 6 pour le défi actuel des Tee. Rebelotte pour le dîner dans le même bungalow  de la veille. Repas délicieux et on passe notre temps à rire et se découvrir. A 22h30, tout le monde file au lit pour la 2e journée. Je m’endors comme un bébé…

Réveil à 7h et départ à 8h. Aucune pluie comme annoncée et temps très doux. A 8h30 nous démarrons notre trail près de la Calanque de Port Miou. Le cadre est sublime !

DCIM100GOPROGOPR3751.JPG

DCIM100GOPROGOPR3691.JPG

1ère pause sur une plage et photo des copines en brassière Anita. Je n’avais pas la mienne, zut!!
DCIM100GOPROGOPR3728.JPGOn repart et on fait de sacrées montées et descentes. Pas de défis mais Émilie nous apprend beaucoup de choses sur nos postures et nos respirations pour progresser. La traversée des crêtes des falaises est magnifique. Puis une belle descente après plus de 14.5km depuis le matin et nous nous arrêtons pour pique niquer près de la mer vers 13h. Le déjeuner est délicieux (merci Delphine). Départ à 14h pour arriver vers 15h au parking et rentrer vite prendre une dernière douche, ranger les bungalows et clore la fin du séjour.

Dernier goûter en commun et debriefing du séjour. Cadeaux remis par Émilie et bracelets Tee offert par Isabelle. Trop beaux!!
trail-entre-elles-stage-calanques-1270792

Je profite des derniers moments avec les filles puis nous partons avec Françoise et Murielle pour la gare de Cassis prendre le train pour Marseille. Nous montons et nous séparons dans le TGV à 18h06.

Je mets de la musique sur mes oreilles, partage sur Facebook toutes mes photos et m’endors bercée par le train. J’arrive à Paris à 21h30 ravie de mon week-end. Mais triste aussi car c’était bien court…

C’est sûr, je participerai aux prochains rassemblements!! De belles rencontres à partager notre passion du trail dans un cadre unique !

 

Le mot de Sophie :

Patricia poste un message sur Trail entre elles, en disant qu’après une blessure, elle ne peut pas participer au stage organisé par Émilie Lecomte aux calanques…..
Je suis en convalescence mais l’appel est trop fort :  j’ai déjà participé au stage en Aveyron avec Emy et j’ai envie de la revoir ainsi que les copines de « Trail entre Elles ».
Je sais que les calanques sont magnifiques et que les TEE forment une grande famille !
À l’arrivée à Roquefort-la-Bédoule, nous sommes toute suite mise à l’aise par l’accueil d’Isa, que nous admirons toutes de par ses exploits sportifs et ces voyages magnifiques. Emilie arrive , elle embrasse chacune de nous.
Après une présentation du stage et une prise de parole de chaque concurrente, nous passons une soirée au chaud et dans la bonne humeur. Le collègue d’Émilie, Nicolas a apporté le repas que sa femme Delphine a préparé avec beaucoup de talent : simplicité, convivialité, bonne humeur et en plus un bon repas.
Le lendemain, il me semble que nous nous connaissons déjà toutes, nous arpentons avec plaisir les calanques avec comme guide notre Émilie et Nicolas.
Notre idole a préparé des ateliers ludiques, les ascensions sont parfois proche de l’escalade et les traversées en via corda impressionnantes pour certaines (n’est-ce pas Mariline et Françoise ?).

DCIM100GOPROGOPR3445.JPG

DCIM100GOPROG0093302.JPG

DCIM100GOPROG0123403.JPG

Autant dire qu’on ne s’est pas ennuyées et que l’esprit d’équipe se fait ressentir tout au long de notre périple !
Le soir vient très vite, après une bonne douche, Emy passe dans les mobile home pour un cours sur le travail de la respiration et des postures de stretching. Quelle joie et quel bienfait, un travail que je vais pratiquer régulièrement.
Nous finissons la soirée dans un mobilehome toujours avec bonne humeur, rire, joie et toujours à la recherche de la découverte de l’autre et du partage… Bon il faut se coucher car demain la traversée Cassis Luminy nous attend !!

DCIM100GOPROGOPR3653.JPG

Le lendemain tout et encore merveilleux , nous commençons à toutes nous connaître et malheureusement il va bientôt être temps de se quitter !
Que nenni nous continuons la soirée avec quelques Tee qui n’habitent pas très loin des calanques et Émilie !! Mon rêve vient de se réaliser j’ai passé une formidable soirée avec mon idole !!!
Merci à toute l’équipe Corinne, Isabelle , Estelle et toutes les filles qui donnent du temps libre pour que l’association Trail entre Elles survive !!

Le mot de Sego :

C’était mon premier rassemblement TEE. C’était marrant car j’avais l’impression de connaître pleins de filles grâce à leurs publications sur le groupe Facebook !
Je garde vraiment un super souvenir de ce WE. Super cadre, super coach et une super ambiance ! Le meilleur moment que je retiens est quand Emy a couru avec le groupe de filles avec qui j’étais et nous a fait travaillé la respiration. On a réussi à tenir grâce à ses encouragements, réussi à courir sur un terrain où la plus part d’entre nous auraient marché ! C’était vraiment un moment fort en émotions !

DCIM100GOPROGOPR3848.JPG

Le mot de Magali :

Si on cherche le bonheur, on passe son temps à lui courir après.
Pour ma part, durant ces 2 jours c’est le bonheur qui m’a trouvé pendant que je courais.
Encore des moments parfaits vécus avec des nanas en or, retrouvées ou découvertes, dans un décor des plus magnifiques.
Une belle brochette de vies si différentes et pourtant on était là courant, rigolant, partageant et s’émerveillant en même temps. Encore merci les filles pour tout ce que vous êtes et ce que vous faites.
Merci aux filles d’être là.
Merci à toi Emy d’être toi
Et merci l’asso et Isa de pouvoir nous faire vivre ça

DCIM101GOPROGOPR4138.JPG

 

Le mot de Caroline :

Bon allez j’avoue ! J’ai craqué ! Ce petit stage c’était comme un doux rêve, ça faisait un moment que j’avais envie de tenter une aventure « Trail entre elles » mais cette fois-ci les conditions semblaient parfaites ! Un petit groupe, un coin sympa et une super accompagnatrice. Plus aucune raison de ne pas y aller !
Je savais bien qu’on allait courir ! Mais je ne m’attendais pas à une telle énergie positive au sein d’un groupe….de filles ! C’était bien sur sans compter sur les qualités d’un excellent chef d’orchestre : j’ai nommé Emilie Lecomte !

Un orchestre des plus harmonisés où chacune à non seulement trouvé son rythme mais aussi sa place ! Une belle osmose et beaucoup de solidarité suscitées par une mise en confiance et une approche très sérieuse mais non moins ludique de la pratique du trail ! A qui aura les yeux bandés pour travailler la proprioception, ou encore le meilleur chrono sur une course de côte, Emy ne lésine pas sur les conseils ! Et le tout par équipe favorisant l’intégration, l’entraide et la confiance en soi.
Ajoutez à cela le pep’s d’Isa et sa GoPro, la Gniak de Corinne et Estelle du bureau, les délicieux plats préparés par la compagne de Nico et vous obtenez un week-end d’enfer.

DCIM100GOPROGOPR3880.JPG

Alors c’est vrai les filles, quand il a fallu partir, j’ai évité de m’attarder, parce que c’était trop dur de vous quitter et que des moments comme ceux-ci, il faut savoir les savourer et s’en délecter. Et parce que ce week-end Emy nous a appris à respirer, j’ai pris une grande inspiration, comme un second souffle, un petit goût de « reviens-y » et un grand coup de « Elle est pas belle la vie !  »

Bref on a fait du trail mais pas que…et c’était merveilleux ! »

Le mot de Françoise :

En ce qui me concerne il s’agissait de ma 2ème participation à un stage TEE.
Lors de ma première participation en  avril 2016  j’étais repartie  gonflée à bloc et j’avais très envie de partager à nouveau avec les TEE.
Ce que  j’apprécie  lors de ces rassemblements : la détente, la bonne humeur et convivialité, l’entre-aide,  la simplicité et la GRANDE DISPONIBILITE d’Emilie. Le sourire, la générosité d’Isa. Nous  repartons enrichies sur plusieurs points : entrainements, préparation, nutrition…
Vivement le prochain !!

DCIM100GOPROGOPR3987.JPG

Le mot de d’Aline :

Cet été : projet de fou, s’inscrire ne pas s’inscrire… Attendre l’ouverture des inscriptions…hésiter…cliquer…confirmer !
Vendredi soir : des filles de toutes la France, des belles histoires, des confidences, des objectifs… Et une passion commune : gambader au grand air ! Un objectif perso : voir la mer!
Samedi : des kilomètres, des défis, des photos, des buffs, de la rigolade, des petites chutes, de l’entraide, des jeux, de la caillasse, du vert, du bleu…la mer en paysage pour toute la journée !
Dimanche : des grandes étendues, des chansons, de la respiration, de la concentration, du dénivelé, du partage, des sourires, de la caillasse, du vert, du bleu, du bleu-vert…et toujours la mer.
Bref, j’ai bien vu la mer, mais j’y ai surtout rencontré des super-nanas, et passé un week-end sous le signe du bonheur, de la bienveillance et du bon-esprit!
Ce sport est magique, ce groupe est magnifique! Vivement le Jura, on vous attend !

DCIM100GOPROGOPR3219.JPG

 

Le mot de Jocelyne :

Cela fait une semaine déjà que nous avons quitté les Calanques, mais je continue à me nourrir de l’expérience. Un petit sourire par si, un bon souvenir par-là, voire un rire explosif qui éclate tout seul en se commémorant comment c’est drôle, motivant, unique de rassembler une bande de femmes passionnées par le trail le temps d’un weekend.

Que dire de ce weekend Trail entres elles ? Des chouettes personnes déjà rencontrées dans l’Aveyron, de nouveaux visages qu’on attache enfin à un nom sur Facebook, l’immensité de se rendre compte qu’on peut regrouper une vingtaine de filles et les trouver toutes intéressantes – surtout qu’Emilie Lecomte privilégie bien ce temps important que sont les présentations, nos motivations, ce qui nous pousse à nous retrouver là un vendredi soir de novembre.

Et venons-en à parler d’Emy. On ne la présente plus dans le monde du trail tellement ses exploits sont impressionnants. Mais encore plus impressionnant peut-être est la beauté de sa personne : humble, drôle, espiègle, attentionnée… Elle prend le temps de regarder chacune. Ses conseils ne tombent pas de haut comme des leçons, sont pleins de bienveillance. Son sourire suffit presque à nous faire accélérer le pas, dépasser nos peurs, chercher le meilleur en nous.

Donc oui, dites-moi quand nous repartons. L’esprit Trail Entre Elles part d’un groupe Facebook vraiment très spécial… mais c’est mille fois mieux en vrai, et encore plus avec le bleu azur des Calanques qui reflète dans les yeux pétillants de chacune.

Merci à Isa, l’association Trail entre elles et Emilie Lecomte, ainsi qu’aux partenaires du weekend – Anita Sport, Iswari, Solavie, Phytoquant. Je me suis ressourcée et attends avec impatience de vous revoir toutes !

DCIM100GOPROG0233827.JPG

DCIM100GOPROGOPR3695.JPG

Prochaine occasion de se retrouver, le Maroc, du 24 au 28 mars : toutes les infos ici : http://trailentreelles.com/on-se-retrouvait-latlas/

Merci à nos partenaires !

logo_solavie  julbo_logo-250x250 images  logo  anita-since-1886-logo

Visières Trail entre Elles

Aujourd’hui, c’est l’été ☺

Capture d’écran 2016-07-29 à 20.24.38

Du coup, nous travaillons sur un modèle de visières et nous avons vraiment besoin de vous ! En effet, les frais à avancer sont énormes (2352 euros), et nous n’avons pas trop envie de prendre le risque.. C’est pourquoi nous lancons un financement participatif avec des tarifs préférentiels : vous trouverez toutes les informations ici : https://fr.ulule.com/visiere-tee/

La visière sera proposé au prix de 15 euros : pour info, ce même modèle (fait par la même usine) est proposé à 18 euros habituellement.

Nous aimerions sortir 2 modèles : un ROSE, et un OR ! Le design a été crée par Marie (encore merci!) puis revu avec l’aide des femmes de notre communauté, encore merci à elles pour leur aide ☺ ☺ ☺   !

De notre coté, nous nous sommes assuré que le produit sera de qualité et adapté à la pratique du Trail : elles vont être vraiment chouettes, c’est promis !

On profite aussi de ce projet pour vous proposer les bracelets silicones lancés par Gigi !

 

Capture d’écran 2016-07-14 à 13.10.11 Capture d’écran 2016-07-14 à 13.10.02

Le SAVOIR du COUREUR

Soirée du samedi 25 juin. Après une riche journée de Trail, les filles ont le choix entre aller se coucher, partir en boite de nuit, ou écouter une TEE parler de médical ! Cette TEE, c’est notre super Isabelle Paucot : allez vite lire son interview si ce n’est pas déjà fait. C’est vraiment une super nana et on est fière de la  compter parmi nous !
Bon, comme on n’a pas trouvé la boite de nuit de St Pierre de Chartreuse, et que les 4 beaux gosses d’entraineur sont dans la salle, on a choisi d’écouter son topo ! Benoit LAVAL nous offre pour démarrer, deux bouteilles de Chartreuse. Comment résister devant un tel médicament ? 🙂

Le SAVOIR du COUREUR

Quel numéro doit on faire pour prévenir les secours, devant :

  • un accident de vélo avec juste une petite plaie au genou ?
  • un malaise cardiaque à domicile ?
  • le feu à la maison ?
  • des voleurs de mobylette ?

(Les filles) : Le 15, non le 16, non le 18, le 112, qui dit mieux le 114, et aussi le 17?

  • Que cela soit grave, ou pas grave, si c’est MEDICAL, on appelle le 15
  • Si il y a le feu, on appelle le 18
    Il y a une interconnexion entre le SAMU (15), et les pompiers (18), et après une régulation  médicale,  il est envoyé en fonction de la gravité, soit, uniquement les pompiers, soit les pompiers et un véhicule du SAMU.
  • Si on veut la police, c’est le 17Isa15 (1)
  • Le 112, fait par un portable français, arrive chez les pompiers. Ce numéro est utile à communiquer à vos amis étrangers, afin qu’ils puissent appeler les secours en France, soit vous l’utilisez quand vous êtes à l’étranger, dans la communauté européenne.

Ces numéros sont gratuits,  avec un téléphone ayant une carte SIM et de la batterie. Accessibles 24 H / 24, 7 jours /7

Le 114, est réservé aux personnes sourdes et malentendantes., accessibles uniquement par SMS ou fax.

 

Que doit contenir une trousse de secours pour un traileur, partant pour du « long »

 (Les filles) : De l’aspirine, des bonbons, du dopage, de la bière, des pansements, de la Chartreuse !!!!!!!!

Les filles, calmez vous, on va reprendre les choses dans l’ordre :
Prendre des médicaments, pour enlever une douleur, peut contribuer à aggraver une pathologie ou des blessures déjà existantes, et sur le long terme retarder leur cicatrisation ou leur guérison, voir aggraver la situation.

Anti douleur : Doliprane,  Efferalgan,….    1 G

Anti spasmodique : Tiurfan, Immodium

Avec toujours l’aide de l’équipe médicale de la course, car le blocage du transit intestinal induit par ces médicaments peut entraîner dans certains cas un choc septique, c’est à dire une insuffisance circulatoire aigüe liée à une infection bactérienne.

– Une bande d’élastoplaste 1,5M sur 6 cm (Pansement compressif, bandage, strapp,…))

Une couverture de survie :     
Si il fait très chaud, et qu’il faut refroidir le coureur, il faut mettre le doré à l’intérieur.                 Si il fait froid et qu’il faut réchauffer le coureur, il faut mettre le doré à l’extérieur.
Cette couverture ne doit pas être utilisée pendant un orage.

– Crème solaire d’un bon indice

– Une fine aiguille

– Pansements

 (Les filles) :  Moi, j’ai souvent mes règles avant une course, et cela me fait mal au ventre. Que puis je faire ?

Tout d’abord, je vous conseille d’en parler avec votre gynécologue, ou médecin traitant. Vous devez absolument éviter le plus possible, l’automédication.
2 cps de SPASFON et 1 G de Doliprane, 20 mns avant le départ, sont tout à fait compatibles avec la course.

 

(les filles) : J’ai très souvent des irritations entre les cuisses, ou sous les bras ? Que puis je faire ??

Se protéger avec la même crème qui sert aux fesses de nos bébés. Le Bépanthène s’étale bien, sans avoir les inconvénients de la vaseline, et d’une meilleure odeur que le Mytosil qui sent le poisson. En étaler entre les cuisses, sous les bras, sur la foufounette.

(les filles) : Quand je cours, j’ai souvent le nez très sec. Que puis je faire ??

Se mettre de la vaseline, voir mieux de la Vitamine A dans les narines, et se moucher.

Quels sont les médicaments que vous n’avez absolument pas le droit d’utiliser en course.

(Les filles) : Du dopage, de l’ectasy, de la ventoline, de l’alcool, des anti inflammatoires.

Ah merci, vous l’avez dit !
BRAVO, effectivement, pas d’ANTI INFLAMMATOIRES.

La prise d’anti inflammatoire peut être excessivement toxique pour le rein. L’association de la déshydratation avec des apports hydriques insuffisants, l’hypoxémie, du à un apport insuffisant en oxygène liés à l’effort, et la prise d’AINS (Anti Inflammatoires Non Stéroidiens)  favorise la rhabdomyolyse qui est une destruction des cellules musculaires, associée à une libération de myoglobine qui passe dans les urines,  entrainant une insuffisance rénale sévère.  C’est une maladie extrêmement dangereuse, qui amène souvent à une dialyse. Si vous pissez rouge, ou prenez connaissance d’un coureur qui pisse rouge, c’est ARRET OBLIGATOIRE, et appel de l’assistance médicale.

Donc pas de VOLTARENE, Pas de PROFENID, Pas d’ASPEGIC, Pas de ……..

(Les filles) : Moi, ca va, car je prends de l’IBUPROFENE ou ADVIL

Non, pas d’ADVIL, ce sont aussi des Anti Inflammatoires.

 

Je vais vous  donner des petits conseils qui peuvent vous aider en course

  • Protégez vos épaules, et votre bas du dos, avec soit de l’élastoplaste, soit du Méfix. Pensez à bien arrondir les angles, pour ne pas que cela roule. Pour les garçons, pensez aussi à protéger les mamelons. Les filles n’ont pas ce souci, grâce à la brassière.
  • Il faut éviter la déshydratation. Il y a plusieurs écoles. (Boire à sa soif, ou boire souvent des petites gorgées, ou boire toutes les heures, une grande quantité). Chacun doit faire selon ses ressentis, mais l’important, c’est que le système gastrique suive. Pareil pour la nourriture, ou les gels, c’est à chacun d’essayer ce qui lui va le mieux.
  • Les pieds, vos pieds., la base de votre sport. Prenez en soin, coucounez les. Pensez à les crémer afin qu’il n’y ait pas de crevasses. Ne mettez pas de vernis sur les ongles, car si il y a un hématome, on ne peut pas surveiller l’évolution.
  • Une ampoule se soigne dès l’apparition :
    Si vous n’êtes pas très à l’aise, vous piquez l’ampoule avec une aiguille, ce qui vide la sérosité, et vous mettez un pansement..
    Si vous avez déjà appris, vous pratiquez la bonne méthode : Prendre une petite seringue de 1 ou 2 ml., montée avec une aiguille fine. Mettre un peu d’éosine dans la seringue. Piquez l’ampoule en mettant le biseau en haut, et en soulevant bien son aiguille pour  que celle ci ne touche pas la peau. Aspirez la sérosité dans la seringue, qui se mélange avec l’éosine. Puis réinjecter le tout. Ce mélange va se diffuser dans la phlyctène, et se fixer sur le derme abimé, et va le désinfecter et l’assécher. Puis réaspirer le tout. Faire des petits trous dans la peau, pour ne pas que l’ampoule se reforme. Mettre un pansement avec une compresse non tissée, ou un pansement complet.

 

Vous courrez, et vous rencontrez un coureur qui est arrêté, qui est conscient, mais qui ne se sent pas bien. Que faites vous ?

(Les filles) : Je le double, cela me fait gagner une place !!

(Les filles) : Je le regarde.

(Les filles) : Je lui donne un peu de la Chartreuse de Benoit !!!!!

(Les filles) : Je lui lève les jambes.  Oui !

Je fais une évaluation du coureur. Il est conscient, donc respire, mais est tout blanc, et ne se sent pas bien.  Je l’allonge sur le dos, et lui lève les jambes pour favoriser l’oxygénation du cerveau. Quand le coureur va mieux, lui redescendre les jambes TRES TRES PROGRESSIVEMENT, ET DOUCEMENT.

 

Vous courrez, et vous rencontrez un coureur qui est allongé par terre ; Il est inconscient.. Que faites vous ?

(Les filles) : Je lui lève les jambes, je le secoue, je ….

Je fais une évaluation du coureur. Il est inconscient.
J’apprécie la respiration sur 10 à 15 secondes.. Il faut conserver l’élévation du menton de la victime. Se pencher sur la victime, oreille et joue du sauveteur au-dessus de la bouche et du nez de la victime puis regarder si le ventre et la poitrine se soulèvent .

Ecouter d’éventuels sons provoqués par la respiration ;

Sentir un éventuel flux d’air à l’expiration.

Le coureur respire.

Laissé sur le dos, l’état de cette victime risque d’évoluer vers l’arrêt respiratoire et l’arrêt cardiaque. En effet, la respiration n’est possible que si les voies aériennes permettent le passage de l’air sans encombre. Or, une inconscience peut entrainer :
–  l’obstruction des voies aériennes par la chute de la langue en arrière ;
–  l’écoulement dans les voies respiratoires et les poumons de liquides présents dans la gorge (salive, sang, liquide gastrique) entraînant de graves dommages aux poumons.

 Il faut assurer la liberté des voies aériennes de la victime et l’écoulement des liquides vers l’extérieur en attendant l’arrivée des secours. Pour cela il doit libérer les voies aériennes ;

  • la placer en position stable sur le côté : position latérale de sécurité  (PLS) ;
  • protéger la victime contre la chaleur, le froid ou les intempéries ;
  • surveiller sa respiration, jusqu’à l’arrivée des secours.

 Pour cela:

  • regarder si le ventre et la poitrine se soulèvent ;
  • écouter d’éventuels sons provoqués par la respiration ;
  • sentir, avec le plat de la main, le soulèvement du thorax.

La position latérale de sécurité permet de maintenir libre les voies aériennes supérieures de la victime en permettant lécoulement des liquides vers lextérieur et en évitant que la langue ne chute dans le fond de la gorge. La PLS se fait indifféremment vers la droite ou vers la gauche, en fonction du plus simple possible, ou d’un traumatisme. Sauf pour une femme enceinte, avec un très gros ventre, qui doit toujours être allongée sur le côté gauche, de façon à éviter le risque d’un écrasement de la veine cave inférieure par le fœtus. (Mais en général, on n’en trouve pas sur les trails !!!!)   Egalement, la victime obèse doit être allongée sur le côté gauche pour éviter une compression de la veine cave inférieure.

 

Vous courrez, et vous rencontrez un coureur qui est allongé par terre ; Il est inconscient, et ne respire pas. Que faites vous ?

Le coureur ne respire pas.

Je regarde l’heure, et démarre IMMEDIATEMENT un massage cardiaque.
Patient en décubitus dorsal, torse nu.

Massage cardiaque externe : Le cœur est une pompe qui permet de faire circuler le sang dans l’organisme. Le sang est oxygéné au niveau des poumons, et l’oxygène est ensuite distribué aux différents organes, dont le cerveau.
Réaliser des compressions au niveau de la région thoracique afin de stimuler l’activité cardiaque :
– Mettez-vous à genoux à côté de la victime ;
– Posez le talon de votre main dans le creux du sternum, au milieu de la poitrine (entre les deux seins) ;
– Appuyez avec l’autre main et exercez, les bras tendus, une pression au niveau de la poitrine ; le thorax doit être comprimée sur 3 à 4 cm de profondeur ;
– Les bras doivent rester tendus et verticaux.
– Le temps de la compression doit être égal au temps du relâchement. (fréquence :100 compression/min).

Assurer la bonne libération des voies aériennes,

Bien sur, sur les trois cas, en course, vous prévenez l’organisation médicale de la course (numéro souvent noté sur le dossard)

 

(Les filles) : un GRAND merci ISA !

Isa6